Femme à poigne

9 Sep 2016 | 0 commentaires

 

Quel est le secret d’une bonne fessée? Difficile à dire… C’est une délicate alchimie entre les circonstances de la fessée, ses raisons, le lieu et la façon dont elle est administrée, l’entente entre les deux partenaires… Mais l’ingrédient déterminant est, à mon avis, le caractère de la personne qui la donne.

Si vous aimez recevoir la fessée, vous ne voudriez pas que la personne qui vous l’administre fasse preuve d’indécision, de mansuétude, voire de mollesse, n’est-ce pas? Une telle attitude de sa part gâcherait complètement le plaisir. Quand j’ai envie de recevoir la fessée, je ne veux pas qu’on me demande mon avis. J’attends une correction énergique, décidée, donnée par la main vigoureuse d’une personne de tempérament. Des qualités qui n’attendent pas le nombre des années.

Au cours de mes premières rencontres avec Alice, je tenais exclusivement le rôle du fesseur. Comme je l’ai déjà raconté ici, notre importante différence d’âge me conférait une sorte de position d’autorité, et cela me procurait un plaisir inédit. Je ne m’imaginais pas du tout dans le rôle inverse. Si je n’ai jamais eu le moindre problème à recevoir la fessée de la main d’une femme, la pensée de me retrouver déculotté sur les genoux d’une jeune fille ayant la moitié de mon âge suscitait tout de même chez moi une certaine réticence. Mais les tabous sont fait pour être brisés. 

 

De l’autre côté du manche

 

Parlons un peu d’Alice. Une jeune femme d’apparence un peu réservée et très bien élevée, comme je l’ai déjà raconté aussi. Une demoiselle aux bonnes manières qu’on prend plaisir à éduquer et à punir. Mais aussi – et je n’ai pas tardé à m’en apercevoir – une femme qui n’a pas froid aux yeux et qui est dotée d’une sacrée personnalité.

Assez vite, elle m’a parlé de son envie de se retrouver un jour « de l’autre côté du manche », dans le rôle de la fesseuse, ce qui à l’époque ne lui était encore jamais vraiment arrivé. Lentement, l’idée de lui demander une fessée a alors commencé à faire son chemin dans mon esprit. Jusqu’à ce chaud après-midi d’août où je finis par me décider. Dans la pénombre d’une chambre aux rideaux tirés, Alice me donne alors ma première correction, celle dont vous voyez les images.

Quel délice que cette fessée! Une chambre tranquille et fraîche, une partenaire de confiance, une petite jupe en jean estivale, une main ferme et infatigable: tous les ingrédients sont réunis pour une expérience fantastique. A quoi s’ajoute le frisson provoqué par cette nouvelle transgression.

Alice est un esprit sain dans un corps sain ainsi qu’une femme à poigne. Sous ses apparences de jeune fille bien comme il faut et légèrement timide se cachent une intelligence aiguisée ainsi qu’un tempérament résolument dominateur. C’est une femme sensible et bienveillante. Mais quand je vois son regard décidé, je me dis parfois aussi que je n’aimerais pas figurer dans la liste de ses ennemis, ce qui n’a heureusement aucune chance d’arriver!

Elle dit prendre autant de plaisir à donner la fessée qu’à la recevoir. Je veux bien la croire. Je me demande souvent aussi comment Alice évoluera. Déjà si mûre, et encore toute cette longue vie devant elle… Je ne sais pas si on peut parler de « carrière » pour une personne pratiquant la fessée juste pour le plaisir, mais si c’est le cas, alors on peut prédire que cette « carrière » sera brillante!